Module 3 – Dans les fourrés disciplinaires : cursus et matières

/Module 3 – Dans les fourrés disciplinaires : cursus et matières
Module 3 – Dans les fourrés disciplinaires : cursus et matières 2017-09-27T04:33:56+00:00

Des différences entre les disciplines

Au cours de leur histoire, la France et l’Allemagne ne se sont pas seulement différenciées par l’évolution de leur système universitaire. Des deux côtés du Rhin, l’offre d’études actuelles découle également d’évolutions historiques différentes. L’offre de cursus est ainsi spécifique à chacune des cultures et se différencie tant du point de vue des dénominations, de la classification et du prestige que du statut social, du choix et de la combinaison des différentes disciplines.
Ainsi, pour ne citer que quelques exemples, le terme de science n’est pas tout à fait équivalent à celui de Wissenschaft ; la Politikwissenschaft appartient aux Sozialwissenschaften en Allemagne, alors qu’en France elle constitue une voie propre ; enfin, sans concours, on ne peut pas devenir professeur titulaire en France.

Par conséquent, ce module vous familiarisera avec les différences essentielles relatives aux cursus et aux disciplines, de même qu’avec les différents types de diplôme.
Après l’étude de ce module, vous serez capable,

  • De juger et d’expliquer de manière nuancée, l’organisation et la répartition du savoir des deux pays, dans le domaine universitaire,
  • De nommer et de citer les matières et disciplines scientifiques fondamentales, ainsi que leur répartition
  • D’identifier et de décrire les points communs et les différences relatifs aux diplômes universitaires.

L’Organisation du savoir en allemagne et en france

L’organisation des universités au Moyen Âge et leur division en Facultés, englobant un groupe de disciplines cohérentes (Théologie, Jurisprudence, Médecine et Philosophie), a joué un rôle important dans l’organisation et la classification du savoir. L’institutionnalisation actuelle des différents domaines du savoir, qui a largement été influencée par cette canonisation, ne s’est opérée qu’aux XIXème et XXème siècles, lorsque de nouvelles branches du savoir se sont formées et que des disciplines existantes se sont dissolues.

En France, la division en Facultés a été supprimée suite aux mouvements de 1968 et remplacée par les Unités d’Enseignement et de Recherche (UER). Actuellement qualifiées d’ « Unités de Formation et de Recherche » (UFR), elles sont toujours couramment appelées « Facultés ». En Allemagne, de même, les Fakultäten ont été remplacées, vers la fin des années 60, par les Fachbereiche qui englobaient moins de disciplines. Il est cependant redevenu courant en Allemagne de rassembler les différents groupes de disciplines en facultés. C’est pourquoi il existe à la fois des Fakultäten et des Fachbereiche au sein de nombreuses universités allemandes, désignant ainsi deux niveaux d’organisation différents.

Exercice

Fakultäten allemande et unités de formation et de recherche française

Exercice : Comme vous l’avez déjà appris dans le module 1 et dans l’explication précédente, la division de l’Université en Fakultäten et Fachrichtungen, respectivement en Unités de Formation et de Recherche, provient d’évolutions historiques diverses qui ont influencé durablement la répartition du savoir en différents domaines. Cliquez sur les deux liens ci-dessous afin de comparer la séparation qui prévaut à l’Université de la Sarre entre Fakultäten et Fachrichtungen, et la division administrative en domaines de savoir à l’Université de Lorraine. Y reconnaissez-vous la division médiévale traditionnelle en quatre disciplines ou remarquez-vous des différences ? Les UFR françaises correspondent-elles aux Fakultäten allemandes ? Quand vous pensez avoir trouvé la réponse, cliquez pour la solution.

Solution

Geistes-, Sozial- und Naturwissenschaften

– matières et disciplines scientifiques en allemagne

En Allemagne, les disciplines sont essentiellement différenciées par leurs appartenances aux domaines des Sciences humaines (Geisteswissenschaften), des Sciences sociales (Sozialwissenschaften) ou bien des Sciences naturelles (Naturwissenschaften). Cette différentiation des matières, permet la même valorisation des disciplines académiques, chacune d’entre elles est perçu en tant que science.

Jusqu’au XIXème siècle les Sciences humaines et les Sciences naturelles était les deux domaines de recherche les plus importants. Vers la fin du XIXème siècle en Allemagne, les Sciences sociales émergèrent à la frontière entre Sciences humaines et Sciences naturelles. Ce qui conduisit à la tripartition des disciplines universitaires originales.
Depuis peu, la médecine, la psychologie et les Sciences du comportement ont été intégrés aux Sciences humaines.
Les Sciences culturelles (Kulturwissenschaften) représentent un champ de recherche encore jeune, qui a pour intérêt de surmonter les séparations nettes, qui sont aujourd’hui encore, présentent entre Sciences naturelles et Sciences humaines.

L’opposition allemande entre Geisteswissenschaften et Naturwissenschaften s’apparente à la division Lettres et Sciences en France ou bien Humanities et Sciences aux Etats-Unis.On peut décrire comme typiquement allemand les nombreux cursus proposés par les Sciences humaines, qui permettent la combinaison de différentes disciplines scientifiques, par exemple dans le cadre d’une Licence à deux matières (Zwei-Fach-Bachelor).

Les types de diplôme en allemagne

Les études en trois niveaux

Dans les anciens cursus (Diplom, Magister et Lehramt) les études étaient divisées en deux cycles (Grund– et Hauptstudium). Ces examens traditionnels de fin d’études représentent aujourd’hui des modèles vieillissants, à l’exception du Staatsexamen.
Depuis l’introduction des cursus Bachelor/Master, les études en Allemagne sont structurées en trois niveaux : Bachelor-Master-Promotion, de sorte que l’ancienne division en étude fondamentale et principale n’est plus utilisée.

Sciences et Lettres:

les disciplines scientifiques en france

En France, les Sciences sont le pendant des Naturwissenschaften allemande, c’est-à-dire les Sciences de la Nature.

L’utilisation de la notion de Sciences pour représenter les Naturwissenschaften (Sciences de la Nature), souligne l’importance de cette discipline. Depuis la deuxième moitié du XXème siècle, l’université française est séparée en Lettres (Geisteswissenschaften), Sciences humaines (Kulturwissenschaften) et Sciences sociales (Sozialwissenschaften).

La limite entre ces trois orientations disciplinaires, n’est pas aussi claire que la différenciation allemande entre Geistes-, Sozial– und Naturwissenschaften. La dichotomie traditionnelle entre Sciences et Lettres n’est pas abolie par cette orientation. Ainsi, les Sciences Humaines et les Sciences sociales sont parfois utilisé comme des synonymes et l’Histoire, par exemple, appartient de la même manière aux Lettres, aux Sciences humaines et aux Sciences sociales.

On trouve une particularité française au niveau des Sciences politiques, Politikwissenschaft. Celle-ci n’appartiennent à aucune discipline et ne s’étudie que dans les Instituts d’Etudes Politiques (I.E.P.). Le droit, traditionnellement géré par l’université, ne dépend plus d’une discipline.

La nouveauté apportée par le processus de Bologne, est la possibilité de combiner deux matières principales dans le cadre d’une licence. Malgré quelques cursus minoritaires, cette pratique n’était que très peu répandue en France avant ce processus.

Les types de diplômes en france

Un Système à trois niveaux

En France aussi, le processus de Bologne a conduit à la mise en place d’un système à trois niveaux : Licence- Master-Doctorat (LMD).

Les filières en allemagne et en france

Les cursus et disciplines allemands n’ont pas toujours d’équivalents directs en France, il est donc difficile de les traduire. Les études proposées se distinguent selon le contenu et le type d’école supérieure. Lorsqu’on cherche, par exemple, à traduire les études allemandes de Romanistik, qui se composent d’études de Lettres (Literaturwissenschaft) et de Linguistique (Sprachwissenschaft) d’une langue romane, les Lettres semblent constituer l’équivalent français le plus proche même si elles n’incluent pas la Linguistique comme le fait son pendant allemand.

Le terme allemand de Sprachwissenschaft trouve son équivalent français le plus proche dans celui de Sciences du langage ou Linguistique. Le cursus français intitulé « Langues, Littératures et Civilisations Étrangères (LLCE) » intègre des matières relevant, si l’on traduit littéralement, des Fremdsprachen, Literatur und Landeskunde, mais il n’existe pas de cursus allemand qui soit explicitement appelé ainsi. Quelques matières ont néanmoins des pendants directs en France : ainsi on trouve Übersetzen/Dolmetschen et Traduction/Interprétation.

Pour avoir plus d’informations sur les différentes offres d’études et leurs équivalents dans l’autre pays, cliquez sur le lien suivant, qui vous mène à l’Agence française pour la promotion de l’enseignement supérieur, l’accueil et la mobilité internationale

Allemagne:
https://www.daad.de/deutschland/studienangebote/studiengang/de/?a=result&q=&degree=&courselanguage=&locations=&admissionsemester=&sort=name&page=1

France:
http://www.campusfrance.org/fr/page/trouver-saformation-0

Exercice

matières et disciplines en france et en allemagne

Êtes-vous parvenu à vous frayer un passage à travers ce module ? À travers l’exercice suivant, vous allez pouvoir tester vos connaissances sur les cursus et disciplines et les différences entre l’Allemagne et la France. Complétez, pour cela, le texte suivant en insérant les divers termes dans les espaces vides correspondants :

Jean-Luc Martin est un étudiant français, inscrit en Lettres modernes à l’Université de Metz, en échange à l’Université de la Sarre, où il souhaite s’inscrire dans des cours à l’Institut de Langues Romanes (Romanistik). Lors de son premier jour à l’Université, il rencontre Professor Dr. h. c. Germanicus lors de son heure de permanence. Jean-Luc et le professeur ont une discussion intéressante sur les singularités des systèmes universitaires en Allemagne et en France. Suivez leur conversation et complétez !

Vous savez, Monsieur Martin, chez nous en Allemagne, les disciplines se divisent tout d’abord en . Je pense que vous ne connaissez pas cela en France. Chez vous, la distinction entre Sciences et Lettres domine.

Ah, comme j’aime la France ! Le vin, la baguette, Paris ! Mais revenons à notre sujet. Finalement, nos Naturwissenschaften correspondent à peu près à vos et les Geisteswissenschaften plutôt aux Lettres.

Oui, oui, la Littérature, la Philosophie, les Langues étrangères, bref les Lettres. J’aime les belles-lettres. Malheureusement, j’ai parfois l’impression qu’en France, les Arts et les Lettres n’ont pas la même renommée scientifique que les Sciences. Je crois qu’il existe, outre ces trois disciplines, encore les Sozialwissenschaften et le Droit (Jura) qui sont regroupés en France sous le terme d’ . Je pensais qu’en Allemagne, les Sozialwissenschaften avaient été très influentes à partir de la fin du XIXème siècle et avaient ainsi acquis une position autonome. Ah j’y pense ! J’aimerais beaucoup visiter les châteaux allemands, pourriez-vous m’en recommander ?

Allez donc visiter le château de Neuschwanstein qui est très beau. Euh, nous en étions où ? Ah oui ! C’est ça ! En Allemagne, les se sont très tôt séparées des Geisteset Naturwissenschaften. En France, vous utilisez également le terme de « Sciences sociales », n’est-ce pas ?

Oui, mais chez nous, les Sciences sociales ou les , pour employer un terme synonyme, n’ont fait partie des disciplines universitaires qu’à partir de la seconde moitié du XXème siècle. Le terme allemand de Humanwissenschaften en serait une bonne traduction.

Non, pas du tout, Monsieur Martin ! Le terme de Humanwissenschaften est beaucoup plus récent et englobe les disciplines comme la Médecine et la Psychologie. C’est comme pour les pour lesquelles vous n’avez pas d’équivalent en France, du moins en tant que discipline autonome. On pourrait les traduire par « Études culturelles ».
Ici à l’Université, il existe par exemple un cursus très intéressant dans ce domaine, qui couvre également le champ de la Communication interculturelle. On ne peut pas, par ailleurs, clairement classer les Kulturwissenschaften parmi les Geistes- ou Sozialwissenschaften. Elles représentent plutôt un pont, car elles abordent, par exemple, également des thématiques politiques. Ah, cela me remplit d’admiration ! La politique française, mère des Droits de l’Homme : Liberté, Égalité, Fraternité – Vive la France !

Oui, mais attendez ! Les Politikwissenschaften, appelées chez nous, en France, ont un statut particulier et ne peuvent être associées ni aux Lettres ni aux Sciences. Ah bon, mais l’Histoire en France appartient quand même aux , non ?

Oui, effectivement. Mais l’Histoire forme également une partie des Sciences humaines et appartient aussi aux . Ce sont là des différences culturelles au niveau de la répartition du savoir. Chez nous, en général, la limite entre Lettres, Sciences humaines et Sciences sociales est plutôt floue.

Ah bon, je ne savais pas cela. Que c’est intéressant ! Ainsi, même moi, à mon âge, je peux apprendre de nouvelles choses. Comme vous l’aviez indiqué, vous n’avez pas encore de Master. Par conséquent, vous êtes sûrement étudiant en , n’est-ce pas Monsieur Martin?

Euh, oui et non. En France, je fais ma , un diplôme français, qui correspond au Bachelor allemand.

Ces différences entre les deux systèmes universitaires sont très intéressantes. Mais malheureusement, je dois aller à une réunion des professeurs. En attendant, je vous souhaite un bon séjour et si vous avez d’autres questions, n’hésitez pas à venir me voir à tout moment.

Merci beaucoup ! Je me réjouis déjà beaucoup de mon séjour en Allemagne.

Des différences entre les disciplines

Dans le 3e module, vous avez appris

  • à juger et à expliquer de manière nuancée, l’organisation et la répartition du savoir des deux pays, dans le domaine universitaire,

  • à nommer et citer les matières et disciplines scientifiques fondamentales, ainsi que leur répartition,

  • à identifier et à décrire les points communs et les différences relatifs aux diplômes universitaires.

Dans le module suivant, vous apprendrez à connaître les différents types de cours en France et en Allemagne, avec leurs formes d’interactions et de communications, et vous verrez certaines formes de différences interculturelles dans le domaine des études à l’étranger.